//

SPECTACLES

Dekalog | Création 2023

"Après plusieurs semaines de travail avec le Groupe 45 de l'École du TNS sur le Dekalog, durant lesquelles nous avons parcouru les cinq premiers épisodes, j'avais vraiment envie de prolonger avec eux cette plongée dans l'œuvre et d'en explorer la totalité. C'est ce désir partagé qui est à l'origine du Dekalog comme étant leur spectacle d'entrée dans la vie professionnelle.

 

Je n'ai volontairement pas vu les films de Krzysztof Kieslowski. J'ai abordé le Dekalog comme une œuvre littéraire, à partir du texte publié. Ce qui m'a séduit et troublé à la lecture, c'est la manière dont un commandement, posé en titre, irradie tout, se ramifie. Le regard sur les personnages, les angles de vue et de pensée sont sans cesse déplacés, ce qui crée à la fois un effet de suspense et une ouverture constante, jusqu'à l'abyssal. Qu'est-ce que la morale ? Ça pose la question d'une forme d'autorité suprême qu'on peut soi-même s'imposer, d'une force qui serait supérieure à toutes les bassesses possibles.

 

On voit des gens - qui sont souvent pauvres, solitaires - entrer dans une lutte dont on ne peut pas d'avance deviner l'issue. Il y a une forme de "petitesse" bouleversante de l'humain face à ce qui est bien plus grand que lui. C'est ce qui m'a toujours fasciné. Sans doute parce que ça a à voir avec le théâtre : l'idée de devoir se débattre avec un concept ou avec une transcendance, quelque chose de bien plus fort que soi. C'est peut-être ce dont il est question depuis la tragédie antique. C'est ce que l'on retrouve dans le Dekalog − qui s'ancre dans l'histoire contemporaine − avec la même puissance."

 

Julien GOSSELIN - propos recueillis

 

***

 

D'APRES LES RECITS DE Krzysztof Kieślowski et Krzysztof Piesiewicz

écrits pour la série de films réalisés par Krzysztof Kieslowski en 1988 pour la télévision polonaise.

 

TRADUCTION DU POLONAIS

Malgorzata Smorag, Beata Canes-Boussard (Éditions Balland, 1991)

 

ADAPTATION ET MISE EN SCÈNE

Julien Gosselin

 

AVEC Majda Abdelmalek, Elan Ben Ali, Amine Boudelaa, Clémence Boissé, Léa Luce Busato, Jisca Kalvanda, Alexandre Houy-Boucheny, Leïla Muse, Achille Reggiani, Théo Salemkour, Léa Sery, Florian Sietzen

ET Guillaume Bachelé et Maxence Vandevelde

 

MUSIQUE ORIGINALE Guillaume Bachelé, Maxence Vandevelde

 

SCÉNOGRAPHIE Lisetta Buccellato, Louise Digard, Marjolaine Mansot, Simon Restino

SUIVI SCÉNOGRAPHIQUE A LA CRÉATION Lisetta Bucellato

COSTUMES Marjolaine Mansot, Caroline Tavernier

ACCESSOIRES Guillaume Lepert

 

LUMIÈRE Louisa Mercier assistée de Zélie Champeau

SON Félix Philippe

VIDEO Baudouin Rencurel, Typhaine Steiner

COLLABORATION ARTISTIQUE Jérémie Bernaert, Julien Feryn, Pierre Martin

 

ASSISTANAT A LA MISE EN SCÈNE Simon-Elie Galibert, Jean Massé

 

RÉGIE GÉNÉRALE Léo Thévenon

RÉGIE PLATEAU Marco Hollinger, Simon Haratyk, Guillaume Lepert

RÉGIE LUMIERE Zélie Champeau, Louisa Mercier

RÉGIE SON Félix Philippe, Samuel Chabert

RÉGIE VIDEO Baudouin Rencurel, Typhaine Steiner

RÉGIE COSTUME Marjolaine Mansot

 

PRODUCTION Théâtre National de Strabourg

COPRODUCTEURS Si vous pouviez lécher mon cœur et MC93 Bobigny

PRODUCTION EXECUTIVE DE LA TOURNEE Si vous pouviez lécher mon cœur

AVEC LA PARTICIPATION ARTISTIQUE du Jeune Théâtre National

ET LE SOUTIEN du Phénix de Valenciennes et du Maillon de Strasbourg pour leur accueil en résidence

 

Le décor et les costumes sont réalisés par les ateliers du TNS.